Deuil périnatal: Après la pluie, le beau temps

En 2007, j’étais enceinte pour la première fois. Une fois passée les 3 premiers mois « critique », j’étais confiante de mener cette grossesse à terme, même si je ne me sentais pas très enceinte. Lors d’une 2e échographie, à 24 semaines, on m’apprit que tout était terminé, le coeur du bébé avait cessé de battre depuis  environ 2 semaines. J’étais sous le choc que mon rêve prenne fin abruptement et je dois l’admettre, l’idée d’accoucher de cet être sans vie, m’angoissait un peu, même si je voulais vite passer à autre chose.  Dans les jours qui ont suivi, j’écoutais beaucoup cette chanson de Marie-Mai: Mille jours, elle m’aidait à faire ressortir comment je me sentais. L’autopsie a révélé que notre bébé était une fille et qu’elle était atteinte de Triploïdie 69. Pour savoir ce que c’est, faites une recherche Google!

Cette aventure dramatique a complètement changé ma vie, mais étrangement, de façon positive. J’ai réalisé que j’étais plus forte psychologiquement que je le croyais. Que dans les moments difficiles, je savais me relever et tout mettre en place pour retrouver une belle qualité de vie. J’ai aussi compris que dans la vie, on ne contrôle pas tout, sauf notre façon de réagir. À ce moment-là, je me souviens d’avoir réalisé que j’avais deux options soit être la victime, soit être l’héroïne (la combattante si vous préférez). J’ai préféré la seconde!

Avant cet évènement  j’étais incapable de profiter du moment présent, je ne pensais qu’au futur (le lendemain, le mois suivant, l’année suivante et même des années plus tard). Maintenant, je vis beaucoup plus au jour le jour, car je sais que rien n’est acquis pour la vie et que dans nos plans, on ne peut prévoir l’imprévisible.

J’avais envie de partager mon histoire avec vous, afin que vous puissiez voir que même dans les épreuves plus difficiles, il n’y a pas que du négatif. Aussi, garder espoir en la vie et en vous. Oui, il faut savoir pleurer, car ça fait un bien énorme, mais il faut aussi savoir se relever et aller chercher de l’aide si on en éprouve le besoin. Savoir demander de l’aide est à mon avis un grand signe d’intelligence et de respect de soi!

J’ai maintenant 2 fillettes en bonne santé et je suis mariée à l’homme de ma vie, mon premier amour!

Le proverbe « Après la pluie, le beau temps » a pris tout son sens!

Karine Cyr

Advertisements

Une réflexion sur “Deuil périnatal: Après la pluie, le beau temps

  1. […] y a neuf ans, après un un évènement marquant, a débuté la route des changements en direction du bonheur et de la […]

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s