Un livre a fait rêver une adolescente

Il y a quelques semaines, j’ai participé à un concours littéraire pour lequel je devais écrire une chronique sur un auteur, un livre ou un évènement en lien avec la littérature. À ma grande déception, je n’ai pas gagné. J’ai envie de vous le partager, car ce texte n’a pas été écrit sur un coin de table en quelques minutes, j’y ai consacré du temps et j’espère que l’auteure dont il est question lira ces lignes. Je tiens à préciser que j’ai modifié très légèrement ce texte de l’original soumis aux organisateurs! Voilà, soyez indulgent, ceci est ma première participation à un concours de ce genre 🙂

Un livre a fait rêver une adolescente

Le soleil estival éclairait le salon familial et mon regard balayait les différents titres des bouquins placés côte à côte telles des sardines, l’odeur en moins, bien évidemment! Un titre m’a intrigué, Fol espoir et je l’ai libéré sur le champ. Des chevaux sur la couverture m’ont interpelée, malgré le fait que l’adolescente que j’étais n’y avait pas d’intérêt particulier. Le descriptif au verso me convainquit et la voix maternelle dans mon dos me donna le feu vert pour l’emprunter. J’étais loin de me douter à ce moment-là que cette lecture allait faire de moi une curieuse et avide lectrice. J’ai dévoré ce premier roman, dont j’ai propagé, sans gêne ni retenue, tout mon enthousiasme à son égard lors d’un exposé oral en secondaire 3. La suite (Bonaventure) parue quelques années plus tard est venue me confirmer le talent de l’écrivaine Christine Martin et ainsi me faire ressentir une fois de plus une belle gamme d’émotions.

Ces romans m’ont fait découvrir le monde équestre, milieu qui m’était totalement inconnu. En plus du côté éducatif non négligeable, la psychologie de ses personnages si attachants me fascine encore aujourd’hui et que dire de cette fabuleuse histoire où amitié, amour, joie, déceptions et autres sentiments se côtoient avec une si belle aisance. Il y a quelques années, j’ai rencontré cette auteure quasi inconnue de ma génération et je n’ai pu m’empêcher de lui demander si un tome trois était prévu et sa réponse positive m’a rendue si heureuse. Par la suite, nous avons communiqué par courriel. Elle a été d’une très grande générosité et m’a fait parvenir un petit livre Un animal a fait grandir un enfant (décembre 1997, éditions des Glanures) qui est en quelque sorte l’histoire de sa vie.

Christine Martin est née au Québec en 1966 et a grandi au sein d’une famille montréalaise de quatre enfants, heureuse et amoureuse des animaux. Il faut dire que chaque enfant avait son cheval, ce qui m’a impressionné et surtout, étonné! Lors des vacances estivales et hivernales, ils se dirigeaient à Pointe-à-la-Garde en Gaspésie, région natale de sa mère. Elle a entamé l’écriture de Fol espoir à l’adolescence, mais faute de temps à y consacrer, la conception lui a pris plusieurs années. Il est publié en octobre 1997 chez Libre Expression soit quelques semaines après la naissance de son premier enfant. La suite de cette œuvre, Bonaventure, est parue en janvier 2000. À ce jour, c’est malheureusement le dernier roman publié au nom de Christine Martin.

Que se passe-t-il dans ce roman de si incroyable pour que je vous en parle une décennie plus tard? Voilà, j’y arrive, ne soyez pas si impatients chers lecteurs! C’est l’histoire de Pascale Vladek qui quitte sa Gaspésie natale pour le Kentucky, royaume des amateurs de chevaux. Cette jeune femme à l’allure peu féminine, mystérieuse, farouche et entêtée, nous donne envie de la suivre page après page afin de percer son terrible secret et je dois bien l’admettre, pour vivre avec elle l’amour naissant et parfois compliqué entre deux êtres si différents.

Mon dernier moment en tête à tête avec cette héroïne remonte déjà à quelques années, mais de vous communiquer mon immense intérêt à son égard me donne envie de galoper, à nouveau et à toute vitesse vers son univers. J’espère encore qu’il y aura une suite, car je ne peux me résoudre à ne pas savoir ce qui adviendra de la vie amoureuse et professionnelle de cette passionnée des chevaux. En général, la patience a ses limites, mais il faut croire que l’espoir en a moins !

Pourquoi j’admire cette auteure? Cette question a trotté dans ma tête pendant quelques heures, puis la réponse m’a paru si évidente. Je caresse le rêve d’être écrivaine, presque en cachette. J’ai des idées plein la tête et j’adore écrire. J’ai toujours eu mon monde imaginaire ancré en moi et des tonnes de personnages qui ne demandent que de naître sur papier. Depuis que je suis toute petite, j’écris différentes choses pour le plaisir, mais aucun de mes projets littéraires n’est achevé, ils sont en suspens dans le temps et occupent un dossier fictif « Si un jour ». Quand je regarde le parcours de cette femme qui a écrit trois romans, en parallèle d’une vie probablement fort occupée au niveau professionnel et personnel, je me dis que mon rêve est à ma portée et qu’un jour, je l’espère pas si lointain, mon premier roman sera entre les mains d’un grand nombre de lecteurs assoiffés et avides de lire la suite de mon intrigue, comme je le suis si souvent depuis mon adolescence.

Vous avez envie de vous laisser aspirer dans ce tourbillon d’émotions, sachez que vous devrez fréquenter votre bibliothèque de quartier, car malheureusement ces deux œuvres sont épuisées. Qui sait, peut-être que mon texte ravivera le désir des lecteurs, qu’ils réapparaitront sur les tablettes des libraires et que l’auteure entendra mon cri de désespoir et publiera ce dernier tome si réclamé. Ah l’espoir, ce fol espoir !

Et vous, avez-vous un livre ou un auteur ayant marqué votre enfance ou votre adolescence? Partagez-le avec nous 🙂

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s