Amour et parentalité : contre vents et marées

Lorsque j’étais gamine, le mariage ne faisait pas partie de mes rêves. Je n’étais pas de celles qui rêvaient de ressembler à une princesse et encore moins d’être le centre d’attention.

Je dois aussi vous avouer que je ne me voyais pas avec des enfants.

Puis, à la fin de l’adolescence, j’ai rencontré l’homme de ma vie.

J’entends déjà rouspéter certaines personnes désillusionnées face à l’amour: «Franchement, elle est vraiment naïve pour croire que ce gars-là sera l’amour de sa vie. Réalise-t-elle qu’une vie, c’est vraiment long et qu’un des deux va se tanner de se lever tous les matins avec le même corps à regarder et à toucher? Attends que l’homme de sa vie la sacre là pour aller en rejoindre une autre, elle va tomber de haut pis lâcher sa vision de l’amour version Disney».

Vous savez quoi, mes rabat-joie? J’accepte le fait que l’amour, la vie en général quoi, ne se contrôle pas et que oui, tout peut se terminer un jour. Si on ne fait rien par crainte de souffrir, qu’on a peur d’avoir peur, eh bien, on ne vit pas. Vivre implique qu’une multitude d’émotions, positives et négatives, nous transporte chaque jour, et les éviter c’est renoncer à de magnifiques moments de bonheur.

Lorsque j’ai rencontré l’homme de ma vie, il ne fallut pas plus que quelques semaines pour que je sache que c’était lui. Celui avec qui je me voyais, assis sur notre balcon, nos rides sillonnant nos visages et nos cheveux blancs célébrant l’âge d’or, discuter de nos petits-enfants rendus grands.

Je n’avais que 17 ans et, déjà le plan, que je m’étais fixé quelques mois auparavant se modifiait. J’ai rapidement ressenti l’appel de la maternité, mais j’ai dû le mettre en attente afin de terminer mes études et travailler dans mon domaine. Je n’ai pas l’habitude d’attendre très longtemps lorsque je veux quelque chose, mais heureusement, mon amoureux était là pour me raisonner et me dire d’être patiente, deux tâches ardues.

Après 5 ans de vie de couple, il me demanda de l’épouser. Au départ, on s’était dit que l’on était fiancés et que c’était suffisant. J’avais une bague, je la portais fièrement et je n’avais pas besoin de plus. Lui non plus.

Puis, un bébé plus tard, je me suis dit que s’il me demandait à nouveau de l’épouser officiellement, j’en serais très heureuse.

Finalement, nous avons décidé de nous marier après 10 ans d’amour. Ce mariage fut la plus belle journée de ma vie, venant tout juste après la naissance de nos deux enfants.

Est-ce que la vie de couple est toujours agréable et facile? Bien sûr que non. Il y a des périodes plus difficiles, plus nombreuses depuis l’arrivée de nos enfants. Ce qui n’est pas étonnant, surprenant, car nous avons moins de temps à roucouler ensemble, yeux dans les yeux, juste nous deux, sans les enfants gravitant autour de nous.

Nous ne pouvons pas non plus ignorer le fait que la communication est parfois chaotique, nos paroles se perdant dans le flot des rires et des cris de nos petits anges cornus. C’est comme le jeu du téléphone: entre le message envoyé et celui reçu, il y a parfois une incohérence et une absurdité amplifiée par nos perceptions. Alors les conflits ou les frustrations s’accumulent et, parfois, le piston saute.

Quand le piston saute à répétition, l’ambiance devient toxique. C’est là qu’il faut faire un choix: rester et se parler, ou se quitter. C’est l’amour qui entre en ligne de compte. Dans les moments plus difficiles, on se dit nos quatre vérités, on pleure, puis on se rapproche. Notre amour se solidifie et, chaque fois, on prend la décision de poursuivre.

On a compris il y a longtemps que tant qu’il y a de l’amour et du respect, on veut être ensemble contre vents et marées. Nous savons que la clé du succès, c’est de passer du temps ensemble et de se parler honnêtement, malgré l’agitation de la marmaille à nos côtés.

Je peux affirmer qu’après plus de 15 ans ensemble, notre amour est toujours là, plus fort et différent à la fois.

À toi mon chéri, mon premier amour, sache que ma vie à tes côtés avec nos enfants formidables et dynamiques me comble de bonheur, même si parfois mes yeux cernés et mon manque d’enthousiasme semblent indiquer tout le contraire. On a beau être amoureux, il reste que l’on est des êtres humains, avec des jours plus heureux que d’autres.

Pour citer Cabrel, « Je t’aimais, je t’aime, je t’aimerai».

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s