Lettre à Nicole Villeneuve : Une auteure québécoise que j’admire

J’ai écrit cette lettre dans le cadre du *concours de l’Interlettre 2018 des Correspondances d’Eastman. Ma missive n’a peut-être pas été sélectionnée, mais rien ne m’empêche de vous la présenter…

 

17 juillet 2018

Chère Nicole Villeneuve,

Savez-vous à quel point votre Graziella a déclenché moult émotions chez la lectrice que je suis, friande de romance, de drame et d’histoires inspirantes? Depuis que mes yeux ensorcelés ont dévoré votre trilogie du même nom que ce personnage féminin fougueux, passionné et déterminé, je ne peux me résoudre à passer à autre chose, à l’oublier enfin.

Grâce à votre plume maniée avec une si belle aisance, vos mots ont réussi à recréer dans le théâtre de ma cervelle un magnifique long métrage où j’ai vu, entendu, senti, ressenti et pressenti comme l’a fait la belle et séduisante Graziella. Je me souviens du sentiment de liberté qui valsait en nous lors de ses nombreuses chevauchées. Je me souviens du tourbillon de désir qui s’emparait de nous lorsque ses sens atteignaient leur point d’ébullition, lui embrumant les idées. Je me souviens de ces hommes qu’elle a tant aimés, nous faisant virevolter de bonheur, et de cette souffrance nous mitraillant le cœur quand le leur a cessé de battre. Je me souviens aussi de notre fierté lorsqu’elle a ouvert sa boutique de mode.

Graziella avait sans l’ombre d’un doute une mentalité moderne, un modèle qui aurait été jadis jugé comme avant-gardiste, mais qui aujourd’hui est accueilli comme une véritable source d’inspiration et de motivation auprès de la gent féminine. C’est du moins ma vision, et je suis certaine qu’elle est partagée par la majorité de vos lectrices. 

Avant que Graziella s’arrête brusquement, paralysée à tout jamais à la dernière page du tome 3 en raison de la fin de votre magnifique saga,  je ne connaissais guère la peine romanesque. Ma souffrance résonne probablement à vos oreilles comme une heureuse symphonie, dénouement positif fort agréable après tous vos efforts…

Savez-vous quoi, Nicole ? Vous avez tout à fait raison de vous-en réjouir.

Mme Villeneuve, un immense merci!

Karine Cyr

 

Nicole Villeneuve est l’une de mes auteures québécoises préférées grâce à sa Trilogie Graziella que je vous suggère fortement de vous procurer. Et bien, ça alors, à ce propos, quelle coïncidence, la journée « Le 12 août, j’achète un livre québécois! » est dans quelques heures…

 

* Version légèrement modifiée de celle utilisée dans le cadre du concours.